Quand porter un appareil auditif

La surdité se traduit généralement par une difficulté à entendre. Qu’elle soit légère ou profonde, le meilleur traitement reste le port d’un appareil auditif.

Ce que vous allez apprendre dans cet article

  • Les différents degré de surdité
  • Ne pas attendre avant d'aller consulter
  • Que faire lorsqu'il surdité est détectée ​

Les différents degrés de surdité

Pour savoir réellement si on souffre ou non de surdité, il faut effectuer un test d’audition. Il existe plusieurs types de test, mais ils ne peuvent être réalisés que par un professionnel.

En général, les résultats d’un test d’audition sont représentés sur un graphique nommé « audiogramme ». L’objectif d’un examen d’audition est notamment d’établir un diagnostic précis sur la nature du trouble afin d’arriver à fournir les traitements les mieux adaptés.

Le niveau de perte d’audition est mesuré en dB. Une ouïe normale peut entendre un son inférieur à 20 dB. Sinon, elle peut être classifiée dans une des catégories suivantes :

  • Perte auditive de 20 à 39 dB : Il s’agit d’une surdité légère. On entend une conversation normale, mais pas un mot chuchoté.
  • Perte auditive de 40 à 69 dB : C’est une surdité moyenne. On perçoit une conversation vive telle une conversation normale.
  • Perte auditive de 70 à 89 dB : On parle ici d’une surdité sévère. On arrive à entendre une conversation parlée à très haute voix, sans pour autant comprendre les paroles.
  • Perte auditive supérieure à 90 dB : Il est question d’une surdité profonde. Ce sont uniquement les bruts extrêmement forts qui sont perçus (marteau piqueur, réacteur d’avion, etc.).

Ne pas attendre trop longtemps avant de consulter

TESTET SON AUDITION

Le test auditif reste la seule façon de diagnostiquer une perte d'audition ou pas. Cet examen permet également d'évaluer le niveau de votre ouïe afin de vous aider à choisir l'appareil auditif dont vous avez besoin. 

L’ORL est le spécialiste des troubles de l’audition. Il est le seul professionnel qui soit en mesure d’établir un bilan complet de l’ouïe et de déterminer ses problèmes. La consultation de ce praticien ne peut se faire que sous la recommandation d’un médecin traitant. En effet, si on consulte directement l’ORL, le régime obligatoire (la Sécurité sociale) ne rembourse pas la consultation.

La consultation d’un spécialiste devient une obligation dès qu’une gêne ou un handicap se manifeste au niveau de l’ouïe. Cela peut se caractériser par un trouble de l’oreille (douleur persistante, sifflement, bouchage, bourdonnements dans l’oreille, etc.) ou par une baisse des capacités de l’audition (difficultés à entendre, difficultés à situer l’origine d’un son, etc.).

Pour certains individus, la consultation d’un praticien doit être réalisée fréquemment. Cela concerne entre autres les professionnels de chantier qui s’exposent régulièrement aux bruits intenses, les plongeurs, les personnes qui portent trop souvent des casques audio, etc.

Lorsque que les troubles auditifs sont diagnostiqués tôt, l’ouïe regagne facilement sa pleine capacité.

Click to Tweet

Sinon, le problème peut empirer et devenir une surdité sévère ou même profonde. Dans ces cas-là, le traitement est plus délicat et nécessite beaucoup de temps.

Que faire lorsqu’une surdité est identifiée ?

Une perte auditive implique obligatoirement un traitement adéquat. Quand elle est légère, le port d’un appareil auditif n’est pas forcément obligatoire, mais souvent recommandé. Pour une surdité moyenne, sévère ou profonde, une aide auditive est incontournable. Mais le choix de l’appareil dépend de la nature du problème d’audition.

Face à une perte auditive de transmission, il est possible d’opter pour un contour d’oreille, une aide intra-auriculaire ou même un implant à conduction osseuse. Dans cette situation, l’appareil auditif va permettre au son de passer de l’oreille externe à l’oreille moyenne bouchée.

Dans le cas d’un trouble auditif de perception, différentes aides auditives peuvent aussi être utilisées. Sur un trouble bilatéral, les prothèses auditives peuvent se montrer efficaces. Cela dit, un implant cochléaire est parfois utilisé comme solution durable, car il permet de reproduire une audition naturelle.

Pour un trouble unilatéral, on suggère souvent un implant à conduction osseuse. Celle-ci ajuste les capacités de l’ouïe malentendante afin qu’elle soit au même niveau que l’autre.

Un appareil auditif est obligatoire pour traiter un problème auditif. Mais afin de recevoir l’aide auditive la mieux adaptée, il faut d’abord consulter un expert.