Quand porter un appareil auditif

La surdité se traduit généralement par une difficulté à entendre. Qu’elle soit légère ou profonde, le meilleur traitement reste le port d’un appareil auditif.

Ce que vous allez apprendre dans cet article

  • Les différents degré de surdité
  • Ne pas attendre avant d'aller consulter
  • Que faire lorsqu'il surdité est détectée ​

Les différents degrés de surdité

Pour savoir réellement si on souffre ou non de surdité, il faut effectuer un test d’audition. Il existe plusieurs types de test, mais ils ne peuvent être réalisés que par un professionnel.

En général, les résultats d’un test d’audition sont représentés sur un graphique nommé « audiogramme ». L’objectif d’un examen d’audition est notamment d’établir un diagnostic précis sur la nature du trouble afin d’arriver à fournir les traitements les mieux adaptés.

Le niveau de perte d’audition est mesuré en dB. Une ouïe normale peut entendre un son inférieur à 20 dB. Sinon, elle peut être classifiée dans une des catégories suivantes :

  • Perte auditive de 20 à 39 dB : Il s’agit d’une surdité légère. On entend une conversation normale, mais pas un mot chuchoté.
  • Perte auditive de 40 à 69 dB : C’est une surdité moyenne. On perçoit une conversation vive telle une conversation normale.
  • Perte auditive de 70 à 89 dB : On parle ici d’une surdité sévère. On arrive à entendre une conversation parlée à très haute voix, sans pour autant comprendre les paroles.
  • Perte auditive supérieure à 90 dB : Il est question d’une surdité profonde. Ce sont uniquement les bruts extrêmement forts qui sont perçus (marteau piqueur, réacteur d’avion, etc.).

Ne pas attendre trop longtemps avant de consulter

TESTET SON AUDITION

Le test auditif reste la seule façon de diagnostiquer une perte d'audition ou pas. Cet examen permet également d'évaluer le niveau de votre ouïe afin de vous aider à choisir l'appareil auditif dont vous avez besoin. 

L’ORL est le spécialiste des troubles de l’audition. Il est le seul professionnel qui soit en mesure d’établir un bilan complet de l’ouïe et de déterminer ses problèmes. La consultation de ce praticien ne peut se faire que sous la recommandation d’un médecin traitant. En effet, si on consulte directement l’ORL, le régime obligatoire (la Sécurité sociale) ne rembourse pas la consultation.

La consultation d’un spécialiste devient une obligation dès qu’une gêne ou un handicap se manifeste au niveau de l’ouïe. Cela peut se caractériser par un trouble de l’oreille (douleur persistante, sifflement, bouchage, bourdonnements dans l’oreille, etc.) ou par une baisse des capacités de l’audition (difficultés à entendre, difficultés à situer l’origine d’un son, etc.).

Pour certains individus, la consultation d’un praticien doit être réalisée fréquemment. Cela concerne entre autres les professionnels de chantier qui s’exposent régulièrement aux bruits intenses, les plongeurs, les personnes qui portent trop souvent des casques audio, etc.

Lorsque que les troubles auditifs sont diagnostiqués tôt, l’ouïe regagne facilement sa pleine capacité.

Click to Tweet

Sinon, le problème peut empirer et devenir une surdité sévère ou même profonde. Dans ces cas-là, le traitement est plus délicat et nécessite beaucoup de temps.

Que faire lorsqu’une surdité est identifiée ?

Une perte auditive implique obligatoirement un traitement adéquat. Quand elle est légère, le port d’un appareil auditif n’est pas forcément obligatoire, mais souvent recommandé. Pour une surdité moyenne, sévère ou profonde, une aide auditive est incontournable. Mais le choix de l’appareil dépend de la nature du problème d’audition.

Face à une perte auditive de transmission, il est possible d’opter pour un contour d’oreille, une aide intra-auriculaire ou même un implant à conduction osseuse. Dans cette situation, l’appareil auditif va permettre au son de passer de l’oreille externe à l’oreille moyenne bouchée.

Dans le cas d’un trouble auditif de perception, différentes aides auditives peuvent aussi être utilisées. Sur un trouble bilatéral, les prothèses auditives peuvent se montrer efficaces. Cela dit, un implant cochléaire est parfois utilisé comme solution durable, car il permet de reproduire une audition naturelle.

Pour un trouble unilatéral, on suggère souvent un implant à conduction osseuse. Celle-ci ajuste les capacités de l’ouïe malentendante afin qu’elle soit au même niveau que l’autre.

Un appareil auditif est obligatoire pour traiter un problème auditif. Mais afin de recevoir l’aide auditive la mieux adaptée, il faut d’abord consulter un expert.

5 raisons pour porter deux appareils auditifs

Pour une parfaite audition, les 2 oreilles sont indispensables. Pour une surdité légère ou profonde, le port de 2 appareils auditifs est donc recommandé. Cela est notamment plus efficace, plus confortable.

Raison #1 Une prévention contre l’aggravation de la surdité

Profitez d'un bilan auditif gratuit avec Audika

Dans le cas d’une surdité légère ou unilatérale, on a tendance à n’utiliser qu’un seul appareil auditif. Certes, cela contribue à améliorer l’ouïe, mais les risques d’aggravation du problème sont importants.

Sûrement, porter une seule prothèse auditive implique un réglage plus important du volume afin de compléter le manque d’une seconde aide auditive. L’augmentation du volume permet de mieux entendre, toutefois les bruits proches vont être trop amplifiés sur une seule oreille.

L’oreille qui porte l’appareil devient de plus en plus dépendante de celui-ci et nécessite une prothèse de plus en plus performante. À la fin, elle devient complètement sourde.

En équipant chaque oreille d’une aide auditive, le son transmis au cerveau est complet. Cela favorise une meilleure ouïe, une bonne compréhension et une parfaite localisation du bruit.

Raison #2. Une meilleure qualité sonore

Avec une seule aide auditive uniquement, il est souvent difficile de distinguer un son émis, surtout lorsqu’il provient d’une distance relativement éloignée.

Mais avec 2 appareils auditifs, on se rapproche de l’ouïe naturelle. L’écoute stéréophonique permet d’avoir un son qui comporte davantage de relief.

De ce fait, on obtient une perception auditive nettement plus réaliste et très agréable. Chaque sonorité parait alors plus claire et plus facile à identifier.

Raison #3. Une bonne localisation sonore

Lorsque le système auditif entend un bruit, il peut situer sa provenance dans l’espace. Pour ce faire, les 2 oreilles reçoivent la source sonore à un intervalle de temps distinct et avec une intensité différente.

Ces indices permettent au cerveau de savoir si le son vient de la gauche ou de la droite, s’il vient de devant ou de derrière, s'il est proche ou éloigné, etc.

Ainsi, on peut connaître approximativement à quelle distance a été émis le bruit. Lorsque c’est seulement l’une des oreilles qui s’équipe d’un appareil auditif, un déséquilibre de l’ouïe se manifeste. Les données qui arrivent au cerveau sont faussées.

Certainement, l’oreille qui porte l’appareil auditif est plus réceptive et capte en premier l’ensemble des bruits.

En conséquence, le cerveau situe toujours la position de la source sonore du côté de l’oreille porteuse de l’appareil. Mais avec 2 prothèses, la localisation sonore de l’ouïe naturelle est retrouvée.

Raison #4. Une sonorité uniforme et précise

Avec l’amplification binaurale, on peut recevoir simultanément le son sur les 2 oreilles.

Cet article pourrait vous intéresser

" APPAREIL AUDITIF VS AMPLIFICATEUR DE SON "

Par conséquent, on arrive à entendre la sonorité ou le bruit à la fois de l’oreille droite et de l’oreille gauche. Grâce à cet équilibre, le cerveau obtient un son uniforme qui lui permet de connaître et de comprendre un mot, un bruit, une mélodie, etc.

Si l’équilibre des 2 oreilles est altéré en portant une seule aide auditive, le son reçu ne sera plus aussi clair et précis. Il y a donc un risque important de confondre un bruit ou un mot et de ne plus les reconnaitre.

Avec 2 appareils, l’équilibre de l’audition est rétabli. Le cerveau reçoit les mêmes informations que comme avec une ouïe naturelle.

Raison #5. Une meilleure compréhension de la parole

Le cerveau humain est conçu pour mieux fonctionner avec 2 oreilles. Quand la parole est captée par ces dernières, elle est bien perçue et décodée. Dans ce sens, le cerveau déchiffre et identifie chaque mot afin de comprendre une discussion.

Ne porter qu’un seul appareil auditif ne favorise pas une bonne ouïe et peut même aggraver la surdité. Mais avec 2 aides auditives, on peut ravoir une parfaite audition.

Lorsque l’appareil auditif est posé uniquement sur une des oreilles, la parole risque de ne pas être bien captée. Le cerveau a du mal à la décoder et à l’interpréter. C’est surtout lors d’une conversation à plusieurs que le porteur éprouve des difficultés de compréhension.

Si les 2 oreilles portent chacune une aide auditive, le son sera parfaitement reçu et bien interprété.

Comment effectuer un test auditif

Un problème d’audition oblige forcément à consulter un médecin spécialiste. Celui-ci fera passer un test d’audition pour obtenir un diagnostic sur l’état de l’ouïe.

Quand tester son ouïe ?

BILAN AUDITION

Réaliser un bilan de votre ouïe ainsi qu'un essayage de prothèses auditives gratuitement.

Lorsqu’on commence à atteindre un certain âge (à partir de 55 ou 60 ans), il faut penser à consulter un ORL afin de diagnostiquer l’audition. En effet, les personnes âgées sont sensibles aux troubles auditifs à cause de la presbyacousie (perte des capacités de l’audition à cause du vieillissement).

Il y a aussi des cas où le recours à un ORL est recommandé fréquemment. Cela concerne les personnes qui exposent leurs oreilles à des risques de blessures ou à des bruits forts : les professionnels qui utilisent des outils bruyants (marteau piqueur, scie électrique, dynamite, etc.), les plongeurs qui font de l’apnée sous marine, etc.

En outre, il existe d’autres facteurs qui obligent à faire un test d’audition :

  • Difficultés à entendre au téléphone
  • Difficulté à comprendre une conversation
  • Gêne dans un environnement bruyant (réunions, télévision, salle de spectacle, etc.)
  • Vertiges
  • Otite
  • Sifflement dans les oreilles
  • Traitements ototoxiques (chimiothérapie, aminosides, etc.)
  • Douleurs dans les oreilles

Les différents tests

Pour arriver à évaluer la surdité, 2 types d’examens peuvent être appliqués par l’ORL : l'examen subjectifs et l'examen objectif

Les examens subjectifs

Les examens subjectifs commencent par l’otoscopie. Il s’agit d’une analyse complète du tympan ainsi que du conduit auditif. Il aide à savoir l’existence de cérumen, d’otite, d’eczéma ou de suppuration de l’oreille.

Ensuite vient l’audiométrie tonale qui permet d’avoir un audiogramme (un graphique concernant les capacités auditives). Le test se déroule dans un milieu insonorisé. Le sujet porte un casque où sont envoyées des fréquences de différentes intensités. Ce test sert à savoir le stade de la surdité.

Après, l’ORL passe par l’audiométrie vocale. Celle-ci vise à mesurer les capacités de compréhension. Il se déroule dans un milieu ordinaire. Des haut-parleurs énoncent des mots qu’il faut ensuite répéter.

Les examens objectifs

Ce genre de test est réalisé pour compléter les examens subjectifs. Il s’applique aussi lorsque le patient ne peut pas coopérer (nourrisson, personne dans le coma, etc.). Cela commence par une tympanométrie visant à déceler un dysfonctionnement sur la trompe d’Eustache.

Il est succédé par l’OEA (Oto-Émission Acoustique) qui permet de confirmer la présence de cellules sensorielles à l’intérieur de l’ouïe. Si les OEA sont absentes, l’oreille moyenne et l’oreille externe sont vérifiées afin de supprimer les obstacles qui défavorisent l’examen.

Enfin, le praticien réalise un PEA (Potentiel Évoqué Auditif). L’oreille interne est stimulée avec un son à haute-fréquence répété. Puis, les électrodes mises sur le visage vont recueillir l’information sonore qui va de l’oreille interne au cerveau.

Que faire en cas de troubles auditifs ?

BILAN AUDITION

Audika vous propose un bilan est un essayage gratuit d'une prothèse auditive.

À la fin des tests d’audition, l’ORL émet un bilan complet sur l’état de l’ouïe. Il indique si le trouble est léger, modéré, sévère ou profond.

Il mentionne également s'il s’agit d’un problème auditif de transmission ou de perception. Le plus souvent, le traitement proposé est le port d’une aide auditive.

L’ORL recommande alors un audioprothésiste compétent qui pourra fournir un appareil auditif efficace pour traiter le trouble :

  • Les prothèses auditives : Se posant sur ou dans l’oreille, elles permettent de traiter tous les niveaux de surdité.
  • Les appareils à conduction osseuse : Pouvant être des implants ou des lunettes auditives, ils sont surtout prévus pour une sévère surdité de transmission et mixte.
  • Les implants cochléaires : On les utilise pour traiter une surdité de perception bilatérale et une surdité congénitale.
  • Les implants d’oreille moyenne : Ils sont utilisés pour la surdité de l’oreille moyenne, lorsqu’aucun autre appareil auditif n’est plus efficace.

Au moindre problème remarqué sur l’ouïe, il est plus prudent de consulter un spécialiste pour un test d’audition.

Le praticien proposera un traitement convenable s'il remarque une quelconque déficience.